Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/05/2006

Relevés de la qualité de l'eau de la Grosne

Alors que se déroulera cet après midi le débat à l'assemblée nationale de la loi sur l'eau (voir note d'hier) et notement sur la qualité des eaux, je vous ai joint la dernière étude qui date un peu (1993). Elle est certe imparfaire, mais a le mérite d'exister. J'ai publié ici les données à l'entrée de Cluny et à la sortie. Je traiterais une analyse en fin de semaine à partir des données réalisées lors de la rédaction de la notice d'impact du clapet barrage en 2000.

En amont de Cluny

ALTERATIONS
QUALITE DE L'EAU
APTITUDE A LA BIOLOGIE
APTITUDE AUX USAGES DE L'EAU
AEP
LOIS
IRRI
ABR
AQU
Matières organiques et oxydables
69
69
Matières azotées
73
73
Nitrates
64
65
Matières phosphorées
65
65
Particules en suspension
2
44
Température
100
100
Minéralisation
Acidification
98
98
Effet des proliférations végétales
81
81

En aval de Cluny
ALTERATIONS
QUALITE
DE L'EAU
APTITUDE A
LA BIOLOGIE
APTITUDE AUX USAGES DE L'EAU
AEP
LOIS
IRRI
ABR
AQU
Matières organiques et oxydables
67
67
Matières azotées
64
64
Nitrates
59
64
Matières phosphorées
52
52
Particules en suspension
4
50
Température
100
100
Minéralisation
Acidification
96
96
Effet des proliférations végétales
85
85

Légende :
Qualité ou aptitude
Très bonne AEP alimentation en eau potable
Bonne LOIS loisirs aquatiques
Moyenne IRRI irrigation
Médiocre ABR abreuvage
Mauvaise AQU aquaculture
48
Indice de qualité ou d'aptitude à la biologie
Absence ou insuffisance de données HAP hydrocarbures aromatiques polycycliques
PCB polychlorobiphényles
MeS matières en suspension


Ressources : Agence de l'eau Rhone Méditérannée Corse

08:25 Publié dans Actualité, Cluny, Qualité Sécurité Environnement | Lien permanent | Tags : Environnement | |  Facebook

15/05/2006

Loi sur l'eau

Projet de loi sur l’eau et les milieux aquatiques Jeudi 11 s'est ouvert le débat de la loi sur l'eau. La réglementation doit évoluer pour se conformer aux exigence de la directive cadre fixée par l'UE.
Vendredi 12 a été notement étudié le cadre relatif à la production d'hydroélectricité et ont été validées les propositions suivantes :

- La déconcentration et simplification des procédures pour le classement de certaines rivières de façon à préserver les secteurs les plus emblématiques (rivières réservées sur lesquelles aucun nouvel ouvrage ne pourra être autorisé) et de façon à assurer la continuité écologique exigée par la directive-cadre européenne sur l’eau (gestion et/ou équipements d’ouvrages).

- L'obligation à compter du 1er janvier 2014 des règles du 1/10ème et du 1/20ème pour les débits réservés : règle du 1/20ème directement applicable à tous les cours d’eau dont le module est supérieur à 80 m3/s et aux ouvrages hydroélectriques qui, par leur capacité de modulation, contribuent à la production d’électricité en période de pointe de consommation. Ailleurs, s’appliquera la règle du 1/10ème.

- L'assouplissement de la réglementation actuelle sur les « débits réservés » en offrant la possibilité de passer à la notion de « régime réservé » : possibilité de variations des valeurs du débit minimal à respecter dans les cours d’eau au droit d’un ouvrage au cours de l’année.

- La possibilité d’appliquer un débit réservé inférieur sur les cours d’eau ou tronçons de cours d’eau dits à « fonctionnement atypique » (exemple : secteurs de cours d’eau où les retenues hydroélectriques se succèdent de façon très rapprochée, secteurs karstiques).

- L'obligation de prise de mesure réduisant les effets au 1er janvier 2014.

- L'encouragement à la création d’ouvrages à buts multiples et utilisation partielle des réservoirs hydroélectriques à des fins autres qu’énergétiques chaque fois que possible.

Bref pour nous, rien de bien novateur pour les petits producteurs comme nous ! Nous seront toujours soumis à la règle du débit réservé au 1/10ème. Rien ne change pour les petites rivières. Cela dit, l'encouragement de l'hydroélectricité est un point positif, reste à en voir les modalités.

La prochaine séance aura lieu demain, 16 mai.

09:00 Publié dans Actualité | Lien permanent | Tags : Environnement | |  Facebook

23/04/2006

La sécheresse dans les têtes

medium_envir_logo.gifNelly OLIN, ministre de l’écologie et du développement durable, a réuni ce mercredi 19 avril le comité national de suivi des effets de la sécheresse. Un bilan de la situation hydrologique et des perspectives à court terme a été fait.

Le mois de mars a été particulièrement arrosé sur l’ensemble du territoire avec des précipitations très largement supérieures à la normale à l’exception de l’extrême nord du territoire et du pourtour méditerranéen. Le déficit pluviométrique de ces derniers mois a donc été en partie résorbé. La pluviométrie reste toutefois inférieure à la moyenne sur l’ensemble de la France métropolitaine excepté dans le Languedoc - Roussillon et sur la façade atlantique.

La situation pourra être critique dans de nombreux secteurs car les nappes amorcent seulement leur recharge et leurs niveaux restent inférieurs à la normale sur une partie importante du territoire : les difficultés se situent principalement dans le bassin de la craie situé au nord de Paris, le long de l’axe du Rhône et au niveau de la nappe alluvionnaire de la Garonne amont.

Par ailleurs, certains secteurs présentent des déséquilibres structurels importants, qui obligent à des mesures de restriction même lorsque les pluies de l’année sont normales.

C’est pourquoi, malgré l’amélioration apportée par les pluies de ces dernières semaines, il faut rester vigilant ; la situation reste fragile et dépendra des conditions météorologiques des prochaines mois. Trois départements ont d’ailleurs pris des mesures de restriction, le seuil de crise ayant été franchi sur la nappe du Champigny.

La ministre a déclaré : « nous devons à la fois gérer la situation de cet été, et investir sur le moyen terme pour résoudre les cas où existe un déséquilibre structurel entre l’offre et la demande en eau ».

La Grosne n'echappe pas à cette sécheresse : le département de Saone et Loire est d'ailleurs en mesure planifiée selon l'état des arrêtés de limitations de certains usages de l’eau.

11:25 Publié dans Actualité | Lien permanent | |  Facebook

22/04/2006

Les rivières sont dangereuses !

"Une promenade en canoë sur la Vienne vire au drame: 3 noyés, une disparue" titre ce soir Yahoo Actualité. Ce tragique fait divers rappelle au riverain des rivières combien elles sont dangeureuses. Je vous annonçais la semaine dernière les caprices de la Grosne : les rivières sont parfois belles et calmes, tantôt en colère et destructrices. Rien ne résiste à la force des eaux. Je ne disserterais pas sur les responsabilités en jeu, mais préfère rebondir sur le danger des équipements automatiques telle que les barrages.

Il y a quelques années une classe découverte était emportée par la vague d'un laché d'eau d'un barrage d'une centrale électrique d'Edf. Pour protéger les abords de la microcentrale hydroélectrique, nous avons prévu de prendre et mettre en place tout un ensemble de mesures pour respecter les notes visées dans notre notice d'impact au vue de l'enquête d'utilité publique de l'hiver dernier :

- Le fond de rivière étant propriété des riverains, l'abord sera interdit au public.
- Mise en place de panneau visant à rappeler le caractère dangereux.
- Mise en place d'une signalétique visuelle lors de tâches extérieures à caractère automatiques ou télécommandées (girophare ou feu). L'installation d'un klaxon n'a pas été retenu car le moulin est en agglomération, ça aurait fait désordre !
- tout ce qui sera jugé bon et utile pour améliorer la sécurité des lieux et des personnes... (on ne badine pas avec la sécurité)

23:50 Publié dans Actualité, Qualité Sécurité Environnement | Lien permanent | |  Facebook

15/04/2006

Il pleut, il pleut bergère...

Comme vous pouvez le voir sur le graphe ci-dessous, nous avons essuyé en milieu de semaine une petite crue qui a atteint 70 m3/s. medium_graph_debit_crue.png

Que nous enseigne ce graphique ?
1°) La pente de la courbe ascendant
Il a plu dans la journée du 9 en après midi. En général, la Grosne met 4 à 6 heures pour "absorber" les pluies tombées : Il faut 4 à 6 heures pour que l'eau de pluie se retrouve dans la rivière. Cela varie en fonction du détrempage du sol mais cela reste très cours. C'est pour cela que l'on dit que la Grosne à un régime quasi torrentiel !

2°) La pente de la courbe descendente
Elle est tout aussi rapide que la montée, au départ, puis la variation de la resorbtion est plus lente à partir du 11/04 à 18h. On notera que la variation de débit descendant est constant (la pente est un droite).

3°) Niveau de la cote
Je vous l'avais dit dans la note précédente sur "la regression de chute", le niveau monte en aval qui est engorgé. Mais visuellement, on ne peut pas se rendre compte de l'augmentation de débit. En 6 heures, on augmente de 1m50 soit 25 cm/heure, c'est loin d'être aussi impressionnant qu'une grande marée.

4°) Impact sur la production
L'engorgement fait que passé 5 fois le débit installé (4m3/s chez nous), on ne peut plus travailler. Il n'a plus assez de chute on coupe les machines. On peut conclure que cette crue fait perdre environ trois jours d'exploitation.

10:35 Publié dans Actualité | Lien permanent | |  Facebook